• Ce 15 novembre 2018, plus de 350 dirigeants d’entreprise, banquiers, diplomates et experts du monde académique participeront au Credendo Trade Forum sur le thème « America first or America alone? » Les thèmes abordés durant le Forum seront d’une part les nouveaux équilibres de l’économie mondiale et d’autre part la digitalisation comme solution pour l’économie belge. Deux orateurs de renommée internationale, Peter Praet et Idriss Aberkane, nous livreront leurs vues sur ces deux sujets.
  • Le climat économique favorable donne confiance à 4 entreprises belges sur 5.1
  • Sur la question ‘Dans quelle mesure êtes-vous d’accord avec l’affirmation suivante ? Nous avançons vers un monde de plus en plus instable.’, 80% des entreprises belges répondent affirmativement.
  • Bien s’informer et se couvrir contre le risque de non-paiement reste donc une absolue nécessité. En effet, près de la moitié des entrepreneurs déclarent avoir déjà subi des dommages ou des pertes à la suite de factures impayées.

Un climat économique favorable qui génère la confiance des exportateurs belges

Le climat économique mondial est globalement bon. L’Asie reste incontestablement en tête de file, avec une croissance du PIB de plus 6 %. Les pays émergents d’Europe et d’Afrique subsaharienne continuent eux aussi d’enregistrer une croissance qui dépasse les 3 %. « Cette tendance s’observe également dans notre classification pays. Nous enregistrons 13 relèvements de catégorie contre seulement 7 abaissements pour le court terme. Pour le long terme, nous voyons la même tendance, avec 3 abaissements et 6 relèvements », dit Nabil Jijakli, Group Deputy CEO de Credendo. Il n’est donc pas étonnant que plus de 4 entreprises belges sur 5 aient confiance en l’avenir. Elles considèrent les pays limitrophes, les pays de l’UE et l’Asie comme des régions prometteuses pour les exportations, suivis de l’Amérique du Nord et du Moyen-Orient. Elles considèrent la biotechnologie (64%), la pharmaceutique (59 %), la chimie (51 %), la construction et le dragage (41 %) et l’aéronautique (28 %) comme les secteurs présentant le plus haut potentiel à l’exportation.

Un monde instable

Toutefois, 4 entreprises sur 5 pensent que nous évoluons vers un monde de plus en plus instable, et attribuent cela à la politique du président américain Trump (72 %), la faiblesse de la politique de l’Union européenne (68%) et au changement climatique (41 %). 85 % pensent que l’Union européenne doit par conséquent prendre des mesures pour protéger ses entreprises, une opinion qui transparait de manière encore plus marquée que lors de l’enquête de l’année passée (75 %). « Les taxes à l’importation sur l'acier, la guerre commerciale avec la Chine, les États-Unis qui se retirent d’accords commerciaux, le rétablissement des sanctions contre l’Iran... La politique de Donald Trump laisse des traces sur l’économie mondiale et a des conséquences pour les exportateurs belges. Il ressort de notre enquête qu’1 exportateur sur 6 a ressenti l’impact négatif de cette politique sur ses affaires », précise Nabil Jijakli. « Et ce n’est pas tout : 4 entreprises belges sur 5 pensent que d’autres mesures protectionnistes vont suivre, aussi bien aux États-Unis que dans d’autres pays, et que celles-ci auront un impact négatif sur le commerce mondial. »

Un ordre économique mondial en mutation

La tendance positive de ces dernières années pourrait toutefois prendre une autre tournure. En effet, de nombreux risques persistent ou augmentent. D’abord les tensions géopolitiques demeurent ou sont exacerbées dans plusieurs régions du monde: au Moyen-Orient et dans le golfe persique, en mer de Chine, en Corée du Nord, dans plusieurs pays d’Afrique et plus près de nous en Ukraine. On observe que le risque de défaut de paiement est à nouveau en augmentation en raison de nouvelles accumulations de dettes qui surviennent après qu’une annulation ait été obtenue, des taux d’intérêt en hausse, d’un renforcement du protectionnisme, des guerres commerciales, du terrorisme, de la volatilité des prix des matières premières et d’une gouvernance chancelante dans de nombreux pays.

« Tout n’est pas noir pour autant. L’Asie reste la région la plus stable en termes de risque pays tandis que d’autres pays font leur entrée parmi les destinations d’exportation les plus prometteuses. Des pays comme la Chine, l’Inde, le Maroc, le Botswana présentent un niveau de risque relativement faible et des pays comme la Jamaïque, la Biélorussie et l’Ouzbékistan montrent une diminution des risques. Toutefois, il est important, à tout moment, de vous informer et de vous faire couvrir contre le risque de non-paiement. En effet, près la moitié des participants à l’enquête ont déclaré avoir subi des dommages ou des pertes dans le passé à cause de factures impayées. Credendo peut vous y aider », explique Nabil Jijakli.

Veuillez trouver les résultats les plus marquants de l’enquête via ce lien.

Contact presse

Nabil Jijakli
Group Deputy CEO
rue Montoyer 3
1000 Bruxelles
Belgique
E n.jijakli@credendo.com
M +32 478 25 11 33

1 Enquête réalisée par Trends-Tendances pour Credendo. 946 entreprises belges y ont pris part.