• L’export constitue un véritable levier de croissance pour les entreprises belges, majoritairement constituées de PME. Selon l’enquête réalisée par l’assureur-crédit Credendo1, 3 CEO belges sur 4 misent sur une hausse de leurs exportations dans les trois ans à venir.
  • Bien que la majorité des entreprises réalisent leurs ventes dans les pays de l’Union Européenne, les pays émergents offrent des perspectives de croissance majeures.
  • Trois principaux freins expliquent la frilosité de certaines entreprises à l’exportation : les coûts de production en Belgique (41%), les risques de non-paiement (36%) et les formalités (douane, administration, certification,…) (34%).
  • Pour les pays émergents et en développement, la chute des matières premières constitue un véritable challenge.
  • Alors que 54 % ont été confrontés à des impayés, 23% des exportateurs ne se couvrent pas contre les risques de non-paiement.

Aujourd’hui, plus de 350 CEO et CFO d’entreprises exportatrices ont assisté à l’édition 2016 du Credendo Trade Forum intitulé “La malédiction des matières premières”. Ce Forum, organisé par le Groupe Credendo, a donné un concentré des nouvelles tendances du commerce mondial, des enjeux géopolitiques sur les marchés internationaux et de leur impact sur les entreprises, de l’évolution des risques pays dans le monde ainsi que les défis auxquels les entreprises belges sont confrontées sur les marchés émergents.

L’export, levier de croissance des PME

A l’heure de la globalisation, conquérir des marchés à l’export constitue un levier de croissance pour de nombreuses petites et moyennes entreprises. Avec des exportations représentant plus de 85% du produit intérieur brut (PIB), l’économie belge est particulièrement ouverte vers l’extérieur. Il s’avère que la majorité de ces entreprises réalisent leurs ventes dans les pays limitrophes de l’Union Européenne (78%), mais aussi dans les autres pays de l’Union Européenne (42%) et en Asie (25%). L’enquête révèle également que les secteurs ayant le plus grand potentiel à l’exportation sont la biotechnologie (58%), la pharmacie (51%), la chimie (48%) et la construction et le draguage (43%).

Des perspectives d’avenir optimistes

Selon l’enquête, les chefs d’entreprise belges s’avèrent plutôt optimistes par rapport aux perspectives d’exportation de leur entreprise puisqu’ils sont 3 sur 4 à s’attendre à une hausse de leurs exportations dans les trois prochaines années. De plus, ils sont d'avis que le plus grand potentiel de développement se trouve en Asie, aux États-Unis, au Canada, au Moyen-Orient et en Afrique. Si les pays de l’Union Européenne, pour leur proximité et les conditions réglementaires, restent les marchés privilégiés, les pays émergents offrent toutefois des perspectives de croissance majeures.

Exporter mais pas sans risques…

Bien que de plus en plus d’entreprises soient motivées à chercher des opportunités de croissance dans les pays émergents, divers freins expliquent la frilosité de certaines. Selon les entreprises interrogées, les coûts de production en Belgique (41%), les risques de non-paiement (36%) et les formalités (douane, administration, certification,…) (34%) constituent les principaux freins pour se développer à l’export. « Les entreprises belges doivent être plus prudentes aujourd’hui lorsqu’elles exportent vers des pays émergents tels que la Russie ou le Brésil, car les ariérés et les risques de non paiement sont devenus plus importants. Mais sur le long terme, la croissance se trouve dans les pays émergents. » explique Nabil Jijakli, Group Deputy CEO chez Credendo.

La chute des matières premières : problème majeur pour les pays émergents

Pour les pays émergents et en développement, la chute des matières premières constitue un véritable challenge. Beaucoup de ces pays vont devoir se développer avec des prix des matières premières plus faibles, loin des sommets atteints ces dernières années. Dans ce contexte, depuis le début de 2016, Credendo a dû procéder à près de 24 dégradations des notations des pays pour seulement 3 augmentations. Notons cependant, que certains pays émergents, comme l’Inde, le Vietnam, le Maroc ou la Côte d’Ivoire, tirent bien leur épingle du jeu car ils possèdent une économie plus solide, plus diversifiée ou sont des importateurs de matières premières.

Diverses initiatives pour soutenir les PME

L’enquête révèle également que 23% des exportateurs n’ont aucune assurance contre les risques de non-paiement. « En Belgique, si le client ne paie pas, il existe des instruments juridiques pour faire valoir ses droits. Mais à la grande exportation, c’est une autre histoire. » explique Nabil Jijakli. Afin de soutenir le financement des opérations d’exportations belges, Credendo a lancé diverses initiatives au cours des dernières années. « Le forfaiting, par exemple, permet de financer les entreprises pour leurs contrats à l’exportation portant sur des montants limités, variant de quelques milliers d’euros à 5 millions d’euros. Nous avons également mis sur pied un « desk PME ». C’est un signal fort à destination des PME afin de les encourager à conquérir de nouveaux marchés à l’exportation. », ajoute Nabil Jijakli.

1 Enquête réalisée en septembre 2016 par Trends-Tendances pour le compte de Credendo auprès d’un échantillon de 600 chefs d’entreprises belges.